Forum Culture Média Economie

Jean-Thomas Trojani : Le « slow management » nouvelle mode ou enjeu réel ?

Spread the love

L’industrie française a besoin de tous, sans exception. A trois ans, orpheline de mère, elle vint en France, comme future reine et fut élevée à la cour de Louis XI par Anne de Beaujeu. Cette démonstration fait l’objet de la troisième partie de notre travail : les deux premiers chapitres, où l’on étudie les notions d’intensité et de durée, ont été écrits pour servir d’introduction au troisième. A l’inverse, les USA ont de moins bons indicateurs de santé en y consacrant plus (17% de leur PIB). Les esprits chagrins souligneront que nos deux prophètes promettent plus qu’ils ne délivrent – les designers sont par essence des optimistes naïfs – ou que leur manifeste s’inscrit dans une réflexion déjà engagée depuis une décennie. Cependant, leurs modèles économiques pourraient ne plus être profitables, ou du moins, moins profitables qu’ils auraient pu l’être. « Ce programme -qui irait bien au-delà du plan Juncker- pourrait soit participer au financement d’opérations d’investissement entreprises sur le plan national de chaque État membre, soit être exclusivement communautaire » précise Jean-Thomas Trojani. Examinez tel d’entre eux, convenablement choisi : vous verrez qu’il s’appliquerait aussi bien à un monde où il n’y aurait pas de plantes ni d’animaux, rien que des hommes ; où les hommes se passeraient de boire et de manger ; où ils ne dormiraient, ne rêveraient ni ne divagueraient ; où ils naîtraient décrépits pour finir nourrissons ; où l’énergie remonterait la pente de la dégradation ; où tout irait à rebours et se tiendrait à l’envers. Une réflexion concertée entre avocat et expert en gestion de crise est indiquée. Les États-Unis, dont le programme en la matière était initialement deux fois plus important, utilisent actuellement moins de 5% du total des ressources caloriques dans le monde. Ces principes, sainement compris, sont applicables à bien plus qu’une division du sujet, et un examen approfondi de cette partie de la question sera, je le crois, la meilleure introduction au reste. Seulement, ce que j’admire, il le déplore, et cela devait être. Pourtant les transferts d’argent sont très utiles, pour les états comme pour les ménages en Afrique, et il y a lieu de les encourager. Pour la période de 1870, je citerai les deux faits suivants qui peuvent, je crois, servir d’illustrations. L’idéal serait que les pays qui dégagent une balance extérieure courante excédentaire, comme l’Allemagne, s’engagent à augmenter plus vite leur salaire minimum que ceux qui sont en déficit. Que si maintenant on cherchait à caractériser cet acte, on verrait qu’il con­siste essentiellement dans l’intuition ou plutôt dans la conception d’un milieu vide homogène. Les sacrements s’y multiplient. En définitive nous n’avons pas le choix : si notre croyance à un substrat plus ou moins homogène des qualités sensibles est fondée, ce ne peut être que par un acte qui nous ferait saisir ou deviner, dans la qualité même, quelque chose qui dépasse notre sensation, comme si cette sensation était grosse de détails soup­çonnés et inaperçus.

Archives

Pages